Aller au contenu
Attention: Pour améliorer l’expérience des utilisateurs sur ce site nous utilisons des cookies.

Un tiers des nouveaux engagés s'en vont dans l'année

Un tiers des nouveaux engagés s'en vont dans l'année

Un peu moins de 30% des contrats de travail à durée indéterminée conclus depuis le 1er janvier 2017 ont été rompus dans l’année. C'est la constatation du prestataire de services Acerta. L’année précédente, c’était le cas d’un peu moins de 25 %. Seul une rupture anticipée sur trois s’est faite à l’initiative de l’employeur. Pour les deux autres tiers, il s’agissait clairement d’un choix du travailleur.

L'employeur a très peu de temps pour convaincre son nouveau salarié. Celui-ci ne tarde pas à dresser un bilan, à tirer ses conclusions et à partir. Muriel Lefebvre, Senior Consultant d'Acerta: «En ces temps de pénurie sur le marché de l’emploi, les collaborateurs peuvent se permettre d’être impatients. Les profils intéressants trouvent facilement du travail. En outre, les candidats sont peu nombreux.»

Cela signifie-t-il que les employeurs sont emprisonnés dans un rôle passif? Non. Ils peuvent bel et bien influencer les facteurs qui décident un collaborateur à rester ou à partir. Et ces facteurs entrent très vite en jeu. «Cela commence dès la sélection», explique Muriel Lefebvre. «Celui qui engage une personne uniquement parce qu’elle maîtrise les tâches actuelles oublie que les tâches évoluent. Il est nettement préférable d’évaluer les candidats aussi sur leur capacité et leur volonté d’apprendre et à gérer les évolutions du contenu de la fonction. Les compétences et les connaissances ont une date de péremption. Vous ne devez donc certainement pas recruter en ne vous basant que sur les connaissances et le savoir-faire pour les fonctions actuelles, mais surtout sur les compétences.»

Même si vous faites preuve de prévoyance pour le recrutement, le succès n’est pas encore assuré. Lors de la procédure de recrutement, il est préférable de bien intégrer le nouveau collaborateur dans l’entreprise, ses processus, sa culture et ses équipes. Muriel Lefebvre: «Une bonne politique d'intégration commence avant le premier jour de travail. Il faut entretenir le contact entre la signature du contrat et le début effectif du salarié. Il est préférable de maintenir cette politique d'accueil pendant toute la première année, qui est une période cruciale. Mais même après, l’investissement se poursuivra afin de pérenniser la relation employeur-employé. Pour ce faire, vous devez continuer à aligner le talent et les tâches, offrir des options de rémunération où chaque travailleur trouvera idéalement une offre qui réponde à ses besoins individuels... Parce que les personnes et leurs rôles changent au fil du temps. C’est comme dans un bon mariage: rien n’est jamais acquis et c’est justement ce qui est motivant.»

Source

Acerta a réalisé cet exercice avec 35.000 contrats de travail à durée indéterminée débutés entre le 1erjanvier 2017 et le 30 juin 2018 dans 32.000 PME et grandes entreprises clientes d’Acerta Secrétariat Social.