Aller au contenu
Attention: Pour améliorer l’expérience des utilisateurs sur ce site nous utilisons des cookies.

Un emploi en périphérie flamande? Bruxellois, osez sauter le pas!

Un emploi en périphérie flamande? Bruxellois, osez sauter le pas!

De plus en plus d'entreprises flamandes de la périphérie bruxelloise ne parviennent pas à pourvoir leurs postes vacants. Et les demandeurs d’emploi bruxellois n’osent souvent pas s’aventurer en périphérie de la capitale. Afin de rapprocher les deux parties, le VDAB et Actiris, les offices flamands et bruxellois de l'emploi, organisent la campagne «Nouveau job? Le prochain stop!» Les Bruxellois sont invités à monter à bord du bus «job on, hop off» place de la Monnaie. À chaque arrêt une rencontre avec un employeur potentiel de la périphérie a lieu.

Les chiffres sont éloquents: environ un cinquième des offres d'emploi en périphérie flamande ne trouvent pas preneur. En 2018, le VDAB en a reçu 14.672, tous secteurs confondus, et 3.000 postes sont encore vacants. Le défi est chaque année plus important. En 2013, le nombre d’offres d’emploi était de 9.401.

La campagne «Nouveau job? Le prochain stop!» a pour but de dissiper certains malentendus. «De très nombreux Bruxellois pensent que la barrière de la langue ou la distance sont infranchissables», regrette Geert Pauwels, directeur de VDAB Brussel. «Mais rien n'est plus faux. Les emplois ne sont pas si loin: avec les transports en commun, vous pouvez être chez votre nouvel employeur dans la demi-heure. Et grâce aux cours de langues, on peut bâtir un pont rapidement et simplement entre les candidats et les employeurs flamands potentiels. Une meilleure adéquation entre les individus et les régions débouchera automatiquement sur une situation win-win.»

Tournée des employeurs

Caroline Mancel, directrice générale adjointe d'Actiris: «Pour lancer notre campagne, nous rapprochons littéralement les deux parties avec notre bus “Job on, hop off”. En chemin, les demandeurs d'emploi bruxellois découvriront les nombreuses opportunités de travail à proximité et se rendront ainsi compte que la Flandre n'est pas très loin et que les emplois potentiels ne sont pas inaccessibles. Aujourd'hui, les candidats peuvent faire connaissance avec neuf entreprises de la périphérie flamande qui recrutent. Le premier circuit nous emmènera à la rencontre de Brussels Airlines et de bpost, tandis que nous écouterons à bord les possibilités offertes par Colruyt Group, LSG Skychefs, G4S et Aviato. Au cours du deuxième circuit, nous nous rendrons à XPO Logistics, bpost et Puratos, et assisterons aux présentations de Transmoove.»

Les derniers chiffres de Statbel, l'office belge de statistique, révèlent par ailleurs que jamais autant de Bruxellois n'ont travaillé en Flandre: ils étaient 51.173 en 2017. Cette part pourrait cependant être encore plus importante, surtout au vu de la grande demande des employeurs flamands et du nombre important de départs à la pension à venir en Flandre. Agoria estime ainsi qu'un million de Flamands prendront leur retraite d'ici 2030.

www.nouveaujob.be.