Aller au contenu
Attention: Pour améliorer l’expérience des utilisateurs sur ce site nous utilisons des cookies.

Les jeunes diplômés coûtent cher!

Les jeunes diplômés coûtent cher!

Une récente étude du bureau de consultance Willis Towers Watson révèle que le niveau de rémunération des jeunes diplômés varie en fonction du diplôme obtenu. Et compte tenu de la pénurie qui règne actuellement sur le marché de l’emploi, les employeurs ont de plus en plus intérêt à connaître les différents niveaux de rémunération pour rester compétitifs.

Le «Starting Salaries Report 2018» de Willis Towers Watson compare les niveaux de salaire de jeunes fraîchement diplômés ne bénéficiant d’aucune expérience professionnelle. Le niveau de rémunération entre jeunes travailleurs peut varier de façon assez sensible. Les personnes ayant arrêté leurs études après l’enseignement secondaire gagnent, en moyenne au maximum en début de carrière, 32.803 euros sur base annuelle alors que ceux ayant un diplôme de bachelier en poche gagnent d’emblée 11% de plus, avec un salaire annuel maximum moyen de 36.574 euros. Les titulaires d'un master arrivent à obtenir un salaire moyen maximum de 41.932 euros, contre 46.753 euros pour les titulaires d’un MBA et 47.446 euros pour les titulaires d’un doctorat.

Le salaire moyen des bacheliers débutant leurs carrières professionnelles en Belgique est plus élevé que celui de nos voisins français (35.418 euros) et hollandais (37.003 euros), mais est inférieur à celui de l'Allemagne (46.547 euros).

«Avec la baisse continue du chômage et la tension du marché qui cherche à attirer de jeunes professionnels, il est devenu crucial pour les employeurs de se positionner aux bons niveaux de rémunération afin de rester compétitifs», précise Beatriz Castro, spécialiste RH chez Willis Towers Watson Belgium.

Le rapport Willis Towers Watson 2018 sur les salaires de départ - Europe, Moyen-Orient et Afrique est basé sur les réponses de 4.695 organisations rapportant des données de 33 pays. Il peut être consulté ici.